Allianz Nigeria s’apprête à entrer sur le marché de la cyberassurance alors que le travail à domicile augmente les risques de cyberattaque

PARTAGER

Allianz Nigeria prévoit de lancer une police d’assurance cybernétique, car le travail à domicile augmente les risques de cyberattaque. Les discussions avec les régulateurs sont sur le point d’aboutir et devrait être disponible avant la fin du premier semestre de cette année, déclare Adeolu Adewumi-Zer, PDG d’Allianz Nigeria, à The Africa Report.

Un baromètre des risques publié par Allianz sur la base d’une enquête menée auprès de 193 entreprises nigérianes montre que les cyberincidents constituent le deuxième plus grand risque perçu en 2021, juste derrière Covid-19. Un an plus tôt, les cyberincidents n’étaient considérés que comme le huitième risque le plus important.

Selon Mme Adewumi-Zer, qui a pris ses fonctions en septembre et qui est la première femme à occuper le poste de PDG d’Allianz Nigeria, le fait de travailler à la maison à cause du Covid-19 a fait passer le risque cybernétique au premier plan des préoccupations des entreprises.

De nombreux processus qui étaient encore exécutés manuellement au Nigeria ont dû être numérisés en urgence. La nouvelle police couvrira des domaines tels que la perte de données et le risque de réputation, ainsi que la cybercriminalité, ajoute Mme Adewumi-Zer. “Cela ne disparaîtra pas avec la fin de Covid. Le monde a changé.”

La dépendance accrue à l’égard des serveurs informatiques en nuage, auxquels on accède par Internet, est l’une des conséquences du travail à domicile. Une étude menée par Sophos en 2020 auprès de responsables informatiques a révélé que 86 % des personnes interrogées au Nigeria avaient été confrontées à des incidents de sécurité liés au cloud public au cours de l’année précédente, ce qui place ce pays au deuxième rang mondial derrière l’Inde. Plus d’organisations nigérianes avaient souffert de l’exposition de données dans le cloud public que dans tout autre pays.

Adewumi-Zer indique que les faibles revenus et le manque de confiance sont les facteurs qui freinent la pénétration de l’assurance au Nigeria, qui est à la traîne par rapport à la plupart des pays d’Afrique.

Environ 40 % de la population vit avec moins de 2 dollars par jour, et seul un quart de la population nigériane pourrait se permettre d’acheter un produit d’assurance de base, dit-elle.

Le développement de la confiance dans l’assurance est entravé par le faible niveau d’éducation financière et une culture de dépendance à l’égard de la famille, ajoute Mme Adewumi-Zer. L’assurance obligatoire est un moyen d’augmenter la pénétration, dit-elle.

L’assurance automobile au tiers est obligatoire, mais certains la contournent en achetant de faux certificats d’assurance à présenter à la police, explique Adewumi-Zer. Et certaines polices très bon marché peuvent fournir un document papier mais peu ou pas de couverture en cas d’accident.

L’amélioration de la base de données gouvernementale d’immatriculation des véhicules pour la rendre plus complète serait une “étape clé” pour une meilleure application de la loi, dit-elle.

L’assurance incendie et la responsabilité civile des propriétaires et des locataires pourraient également être rendues obligatoires, ajoute-t-elle.

Allianz travaille également à l’adaptation d’une police d’assurance santé internationale pour la vendre au Nigeria. La police devrait être disponible à la fin de cette année ou au début de 2022, dit-elle.

La fragmentation du secteur nigérian de l’assurance est souvent considérée comme un obstacle à la pénétration. Adewumi-Zer “espère et s’attend” à ce que la perspective éventuelle d’exigences de capital plus élevées pour les assureurs conduise à un processus de consolidation du secteur. Cela réduirait également la nécessité pour les assureurs nationaux de compter sur la capacité de réassurance internationale, ajoute-t-elle.

Suite à une décision de justice rendue en décembre, la Commission nationale des assurances a annoncé la suspension de la mise en œuvre des exigences accrues, qui avait déjà été retardée.

Allianz, qui a déjà fourni le capital nécessaire pour répondre aux exigences, gardera les “yeux ouverts” quant à la possibilité de prendre part à cette consolidation, dit Adewumi-Zer. “C’est toujours une possibilité. C’est difficile de dire non”.

La performance économique désastreuse du Nigéria – qui a été affaiblie par l’impact du Covid-19 sur l’industrie pétrolière et l’économie au sens large – signifie que des domaines de niche tels que la cybersécurité peuvent apporter de la croissance au secteur de l’assurance.

La rédaction CIberObs